Costa Rica : ce paradis vert devenu un modèle écologique

Après l’accord universel annoncé samedi dernier par Laurent Fabius, aux 195 états participants à la COP 21, on se demande ce que le Costa Rica peut faire de plus. Ce petit pays de 5 millions d’habitants fait partie des bons élèves écolos. Entre préservation de la nature et politique environnementale efficace, le Costa Rica est un modèle écologique à suivre. Le résultat d’une politique dont la France pourrait s’inspirer. 

Crédit photo: Marco SIBAJA / AFP
Chantier de la centrale hydroélectrique sur le fleuve Reventazon. Crédit photo: Marco SIBAJA / AFP

En 2016 le pays sera dépendant à 100% des énergies renouvelables

Le Costa Rica a affiché ses ambitions durant la COP 21: être le premier pays neutre en Co2 d’ici 2021. Et c’est bien parti. En 2016, il sera dépendant à 100% des énergies vertes grâce au projet Reventazon. Installé en plein milieu de la jungle près de la ville de Siquirres, le chantier de la centrale hydroélectrique est le 2ème plus grand de l’isthme centre-américain après l’agrandissement du canal de Panama. L’objectif sera de produire 305,5 mégawatts d’électricité, assez pour fournir 525 000 familles. Pour vous donner un ordre de grandeur, le barrage de Tignes (plus haut de France) a une puissance de 400 mégawatts. Un projet pharaonique, mené par l’ICE (Institut Costaricien d’Electricité) créé il y a 50 ans déjà. Même dans sa construction, le projet est un exemple de développement durable.

Ferme solaire au Costa Rica. Crédit Photo: Rodrigo ARANGUA / AFP
Ferme solaire au Costa Rica. Crédit Photo: Rodrigo ARANGUA / AFP

Biodiversité et Politiques avant-gardistes

Autour de la future centrale, 140 mesures ont été prises pour préserver la faune et la flore. Une en particulier devrait permettre aux jaguars de profiter d’un vaste espace pour se déplacer. Compliqué d’allier développement économique et préservation de l’environnement mais le pays se donne du mal. Il pourrait s’appuyer uniquement sur une biodiversité inpressionnante (Volcans, ensoleillement, vents, lacs…). Mais le Costa Rica a conscience de sa valeur et fait tout pour la préserver. Si le pays en est là aujourd’hui c’est aussi grâce à des politiques avant-gardistes, prudentes. Le pays protégeait l’environnement quand le réchauffement climatique n’était pas encore une cause universelle. En 1949, le président José Figueres Ferrer a créé l’ICE en nationalisant la production et la distribution de l’électricité. Un an plus tôt, celui qu’on appelait « Don Pepe » démilitarisait le pays, au bénéfice de l’éducation et du système de sécurité sociale. Ce choix vaudra au Costa Rica son surnom de « Suisse d’Amérique Latine ». Aujourd’hui encore, le secteur privé est limité et ne peut pas investir dans l’électricité comme il l’entend ni profiter de la concurrence. L’ICE c’est à dire l’État a le monopole. De quoi inspirer d’autres pays comme la France, 2ème pays producteur d’hydroélectricité en Europe derrière la Norvège, mais encore très dépendant du nucléaire.

La France en retard ?

Toutefois, tout n’est pas rose au Costa Rica. Les transports consomment encore beaucoup d’énergies fossiles, les barrages déplacent des communautés indiennes parfois sans leurs consentement. Cependant il ne faut pas non plus hésiter à souligner les efforts d’un pays ni s’en inspirer. Car la France a du retard question consommation énergétique. Un retard souligné par un rapport de Greenpeace ; « la manne inexploitée des renouvelables » publié en septembre dernier. L’hydraulique, comme au Costa Rica, est la première source d’énergie verte en France mais elle est sous exploitée. L’an dernier, 13% de la consommation énergétique provenait des centrales hydroélectriques. 2000 petites centrales sur 250 000 km de rivières. Encourageant ? Pas vraiment. La réalité c’est que ces chiffres n’ont pas évolué depuis la fin des années 90. La loi sur la transition énergétique qui a suscitée tant de débats est un des gros engagements de la candidature de Hollande et devrait faire bouger les choses. Au même titre que la COP 21. La France ne se cache pas, elle tend à devenir un leader de la lutte contre le réchauffement climatique et rattrapera peut-être un jour le Costa Rica.

Pour approfondir le sujet n’hésitez pas à cliquez sur le lien pour voir ou revoir le replay de l’émission Un œil sur la planète  consacrée au Costa Rica diffusée sur France 2.

Hedi Ben Salem

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s