David Bowie, la polémique jusqu’en politique

David Bowie voulait faire de la politique et devenir Premier Ministre de l’Angleterre. Lutte contre l’homophobie dès 17 ans, prise de position contre l’indépendance de l’Écosse 50 ans plus tard, défense des éthiopiens et flirt avec le nazisme… Retour sur une carrière politique insensée.

En 1964, à l’époque où David Bowie s’appelait encore David Robert Jones, il était le Président fondateur de la Société pour la prévention contre la cruauté envers les hommes à cheveux longs. Derrière ce nom absurde, cette association était l’un des portes parole de la lutte contre le harcèlement homophobe.

À 17 ans, le jeune Bowie ne peut plus entendre les « Viens par ici, chéri » ou « Tu veux que je porte ton sac à main ? ». Il partagera son témoignage sur le plateau de la BBC, dans l’émission Tonight.

Dix ans plus tard en 1975, au sommet de sa carrière et sous l’influence de la cocaïne, le discours se radicalise. Délaissant ses premières batailles, David Bowie se rapproche de l’extrême droite. Il déclare dans une interview accordée à Playboy : « Hitler était la première star du rock. » En pleine paranoïa, Bowie veut recréer la mise en scène de l’Allemagne du IIIème Reich dans son pays.

Notre unique chance de nous sortir de ce libéralisme répugnant, c’est l’extrême-droite, tyrannique et dictatoriale.

Il ira jusqu’à se faire arrêter à la frontière russe en possession de livres dédiés à cette période, lors de son séjour en Allemagne. À son retour, la presse lui prête un salut nazi, adressé à ses fans. La photo prise à Victoria Station fait rapidement le tour du monde et s’empare de la Une des tabloïds anglais.

BowieNazi

Nouveau revirement dans les années 80, à croire que les idéaux politiques de Bowie ne sont valables que pour dix ans. Après des excuses publiques, il déclare : « N’importe quoi possède une connotation politique, donc un auteur compositeur se doit d’être conscient du monde qui l’entoure ».

C’est pourquoi en 1984 il rejoint le groupe Band Aid créé à l’initiative de Bob Geldof. Il participe à l’album Feed the World, dont les recettes seront reversées aux victimes de la famine en Éthiopie.

Plus récemment en 2013, loin des coups de com et des polémiques fascistes, David Bowie s’est engagé aux côtés de David Cameron. Dans son discours lors des Brit Awards, il se prononce en défaveur de l’indépendance de l’Écosse. L’actuel Premier Ministre anglais tweet ce matin

« J’ai grandi en écoutant et en regardant le génie de la pop David Bowie. C’était un maître de la ré-invention, qui continuait de faire ça bien. Une grande perte. »

Lucile Huguet, Lucie Valais et Laura Dubé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s