Le défi zéro déchet de Béa Johnson

Originaire d’Avignon, Béa est partie aux États-Unis vivre l’aventure de sa vie. Icône planétaire du zéro déchet, Treiz’hebdo vous présente l’histoire de cette française pas comme les autres, reine de l’environnement moderne qui produit 200 grammes de déchet par an.

Afficher l'image d'origine
Béa chez elle, devant son placard ©sophieaunaturel.blogspot.com

Arrivée à San Francisco comme jeune fille au pair avec son rêve américain en tête, Béa profite pendant 7 ans de la vie consumériste et extravagante qu’offre les États-Unis, avec son mari Scott.

Nous vivions dans une maison de 280 mètres carrés (…) avec deux salons, un garage pouvant abriter trois voitures (…) Nous avions un 4X4, une énorme télé… explique t-elle dans son livre.

Afficher l'image d'origine

En quête de tranquillité, la petite famille déménage de l’autre côté de la baie, à Mill Valey. Temporairement installés dans un petit appartement avec le strict nécessaire, Béa et son mari entreposent la plupart de leurs affaires dans un garde meuble.

Désencombrement

Au cours de cette période de transition, les Jonhson réalisent qu’en ayant moins de biens matériel, ils ont plus de temps pour leurs activités en famille.

Nous ne passions plus nos week-end à tondre la pelouse ou à entretenir notre grande maison et son contenu. Désormais, nous passions du temps en famille.

https://treizhebdo.files.wordpress.com/2016/01/ff015-exterior.jpg?w=519&h=692
La nouvelle maison des Johnson ©zerowastehome.com

Suite à ce constat, elle décide de simplifier leur quotidien pour « avoir une vie plus riche ». Ils achetent une maison deux fois plus petite et évaluent la quantité de choses dont ils ont vraiment besoin. Béa explique que même si le tri fut difficile à faire, en l’espace de deux ans ils se sont débarassés de 80% de leurs affaires.

L’intérieur très minimaliste de leur nouvelle maison ©zerowastehome.com

Vers la réduction des déchets

Désintoxiquée des futilités de son ancienne vie, Béa explique avoir lu des livres** et regardé quelques documentaires sur la sensibilisation aux questions environnementales qui la préoccupaient déjà depuis quelques temps.

En se lançant dans l’aventure du zéro déchet, Béa comprend qu’elle doit changer et pour se faire, imposer de nouvelles règles à son couple. Elles seront articulées autour de 5 mots d’ordre, hiérarchisés en pyramide : Refuser, Réduire, Réutiliser, Recycler, Composter.

Afficher l'image d'origine

Choquée de voir tous nos océans infestés de plastiques, son premier réflexe est de stopper l’achat de bouteille d’eau en plastique. Elle troque ses sacs plastiques contre des cabas en tissu pour faire ses courses. Elle achète aussi local, et de préférence issue de l’agriculture biologique.

Autre révolution : elle ne fait plus ses courses au supermarché comme tout le monde, mais va désormais dans des magasins proposant leurs produits en vrac. Elle range pâtes, riz, lentilles et autres légumineuses dans des bocaux en verre. Avec son mari, elle aménage aussi un compost dans leur jardin pour recycler épluchures de légumes et autres déchets alimentaires compostables.

Les placards de Béa Johnson © zerowastehome.com

Au revoir le papier essuie-tout et bonjour les tissues microfibres lavables en machine. Elle va même jusqu’à arrêter les mouchoirs en papier pour revenir au mouchoir en tissu.

Peu à peu, sa consommation d’emballages se réduit et sa quantité de déchets devient de plus en plus ridicule. Elle ne sortira bientôt plus les poubelles, jusqu’à la prouesse de frôler le zéro déchet qui nous paraît encore impossible. Aujourd’hui, les Johnson sont responsables de 200 grammes de déchets par an.

https://treizhebdo.files.wordpress.com/2016/01/a92ee-20142btrash2btally.jpg?w=593&h=443
Déchets pour l’année 2014 de Béa et sa famille ©zerowastehome.com

Plus de poubelle dans la salle de bain et des placards vidés

Dans sa salle de bain, le coton est remplacé par des lingettes lavables, le dentifrice et quelques produits de beauté sont fait maison. Pour le reste, elle achète en vrac.

https://treizhebdo.files.wordpress.com/2016/01/2289f-hygiene.jpg?w=870&h=653
Kit de sa salle de bain ©zerowastehome.com

Béa est une jeune femme coquette et branchée. Cela ne l’empêche pas pour autant d’afficher un dressing minimaliste. Elle a opté pour des vêtements utilisables en toute saison. Son dressing est ainsi composé de 9 hauts, 2 robes, 2 jupes, 2 pantalons, 1 short, 3 paires de chaussettes, 7 culottes et… 1 soutien-gorge.

Et le plus grand exploit dont toutes les femmes pourraient largement s’inspirer : Béa possède seulement 5 paires de chaussures !

Afficher l'image d'origine
La garde robe de Béa et Scott ©zerowastehome.com

Béa nous explique aussi qu’en réduisant ses déchets à moins d’1 litre, elle a réalisé 40% d’économie. Une bonne solution pour se garantir des vacances chaque année !

Les idées coup de coeur de la rédaction, piochées dans le livre de Béa Jonhson

  • Avoir le réflexe de refuser les sacs en plastique pour privilégier les sacs en tissu lors de vos courses.
    Un sac plastique met entre 100 et 400 ans à se dégrader, pour une utilisation souvent unique et de quelques minutes.
    .
    Plastic Sea
  • Réutiliser les sacs plastiques que vous avez déjà.
    En sacs poubelle le temps d’atteindre vos objectifs par exemple.
    .
  • Réduire les produits sur-emballés et privilégier le vrac.
    Day by Day et Biocoop proposent des aliments en vrac en France. Rappelons que les marchés aussi permettent d’acheter en vrac : liste des marchés de Paris.
Magasin Day by day de Fontenay-Le-Fleury ©daybyday.fr
  • Evaluer votre consommation réelle de nourriture pour éviter le gaspillage.
  • Eviter d’encombrer votre espace vital de choses futiles.
    Même si nous aimons les chaussures, en posséder 50 paires est peut-être excessif…
  • Refuser les cadeaux gratuits inutiles et les imprimés publicitaires
Afficher l'image d'origine
Le message à mettre sur votre boîte aux lettres
  • Penser au tri sélectif, en aménageant des espaces dans votre domicile.
    Le guide à lire pour prendre conscience de l’importance du surplus des déchets et de la nécessité à faire le tri sélectif. Attention : à chaque commune son tri. Pour y voir plus clair : le guide du tri par commune, à mettre en favori illico !

Afficher l'image d'origine

 

** Comment réconcilier économie et environnement, Paul Hawken, Amory et Hunter Lovins – Scali, Paris (2008) ; Créer et recycler à l’infini, Michael Braungart et William McDonough – Editions alternatives (2011) ; Nutrition, mensonge et propagande, Michael Pollan, Thierry Soucar – Editions Vergèze (2008)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s