[Enquête] Etats-Unis : pourquoi les réformes d’Obama concernant l’armement ne fonctionneront pas

A quelques mois des élections américaines, la dernière ligne droite du mandat de Barack Obama se dessine. La semaine dernière lors d’une interview sur le plateau de la chaîne CNN, le Président américain s’est attaqué à un problème qui divise les Etats-Unis : l’armement. Treiz’Hebdo a mené son enquête afin de comprendre cette question épineuse et s’est rendu à New-York afin de recueillir les témoignages de quelques jeunes : Mickey, Rick et Marjorie.

Des décrets qui dérangent

33 636 victimes, c’est le chiffre qu’a rappelé Barak Obama lors du débat organisé par la chaine CNN le 8 janvier dernier. Il s’agit du nombre des victimes d’armes à feu recensées durant l’année 2013 aux Etats-Unis.

Un mois et demi après les attentats de San Berdardino en Californie et quatre mois après la fusillade sur un Campus étudiant d’Oregon, le Président américain a souhaité prendre le taureau par les cornes en annonçant en direct une série de nouvelles réglementations contraignantes pour la vente d’armes à feu.

En cause, il s’agirait d’une vérification des casiers judiciaires obligatoires pour tout achat d’armes à feu auprès d’un marchand. La création d’une base de données complète des personnes interdites d’achat d’armes à feu participerait aussi à une meilleure gestion des informations lorsque des armes seront volées. Enfin, Barak Obama propose le développement d’armes connectées afin d’améliorer la sécurité liée aux armes.

Obama CNN
© Reuters

Un ensemble de décrets présidentiels qui ne réjouissent ni le Congrès (à majorité républicaine), ni la NRA (National Rifle Association) qui n’est autre que le lobby le plus puissant des Etats-Unis concernant les armes à feu. Quand le Congrès dénonce un outre-passement des pouvoirs présidentiels, la NRA parle d’une violation du second amendement de la Constitution américaine qui autorise la population à posséder des armes.

Rick a 29 ans. Originaire du New Jersey, il vit actuellement à Brooklyn au nord-est de Manhattan. Si pour lui cette nouvelle législation semble cohérente, la manière dont Barak Obama veut l’appliquer est préjudiciable.

Je pense que ces nouveaux décrets que propose Obama sont pleinement justifiés. Mais je ne pense pas qu’il puisse légalement l’appliquer, ce décret est une question qui devrait être régie par la branche législative du gouvernement et non pas par lui seul. 

Un impact minime

Aujourd’hui, près de 42% des foyers américains sont détenteurs d’armes à feu. Les motifs de possession sont variés : collection, chasse,  sport ou encore défense de soi et d’autrui. Ces dernières années, chaque nouvelle proposition anti-armes faite par le gouvernement a conduit toujours plus d’Américains à franchir la porte d’un vendeur d’armes.

Les évènements parisiens du 13 novembre dernier ont également conforté bon nombre de citoyens américains sur la nécessité de pouvoir se défendre.

Mickey, un jeune producteur de show télévisés américains résidant dans le quartier new-yorkais de Soho affirme

Les armes sont très importantes ici. Le droit de porter une arme est prise très au sérieux par beaucoup d’Américains qui veulent honorer le second amendement de notre Constitution. On pourrait presque dire que la culture des armes a été façonnée par les Etats-Unis. Je pense que c’est également dû au fait que nous sommes un pays jeune en comparaison à ceux d’Europe. Les Américains tiennent d’autant plus à leurs traditions et leur identité.  

Outre le besoin des Américains de s’armer, la puissance des lobbies est devenue telle que leurs influences bloquent aujourd’hui toutes les négociations. Si auparavant la NRA et le parti républicain étaient d’accord avec ces vérifications liées aux armes, aujourd’hui la situation stagne.

Personnellement, je pense que les gens devraient avoir le droit de s’armer, pour autant je ne pense pas que les droits que défend la NRA soient raisonnables. Avoir un fusil de chasse ou une arme de poing c’est une chose, mais des fusils d’assaut et des arsenaux dignes de commandos militaires ne devraient pas être possédés par le citoyen lambda, confie Rick.

Aujourd’hui, bien que 67% des Américains se disent favorables aux nouvelles mesures d’Obama (sondage CNN/ORC), beaucoup pensent aussi que la démarche de leur Président est inutile et n’empêchera pas que surviennent de nouvelles fusillades. Que cela soit pour la fusillade de San Bernardino ou en Oregon, dans ces deux cas les auteurs des fusillades n’avaient ni casier judiciaire, ni problèmes psychiatriques et aucune des armes utilisées n’avaient été volées.

Concernant les armes connectées, là aussi, le débat est virulent. Les failles de nos objets connectés comme nos smartphones, ordinateurs portables et tablettes sont connus de tous : ils sont des proies facile pour les hackers. Que se passerait-il si l’arme d’un policier se bloquait de manière anormale lors d’une intervention délicate ? Beaucoup de questions restent en suspens, et Rick a quelques réserves quant à ces nouvelles mesures

Il  y a maintenant tellement de fusils dans ce pays qu’organiser du « porte à porte » pour récupérer les armes illégales prendrait beaucoup trop de temps. Pour moi, c’est un échec d’avance, mais on ne sait jamais !

Un mal pour un bien ? Pas si sûr.

Comme dans bon nombre de pays du monde, aux Etats-Unis le marché noir permet aux malfrats de se fournir en armes. Pour beaucoup d’américains, la réglementation des armes à la française empêcherait surtout les « honnêtes citoyens » de se défendre contre une agression. Rick est également de cet avis.

Je pense que si les criminels peuvent se fournir des armes [de manière illégale], alors la loi doit permettre aux citoyens respectueux d’avoir le droit et la possibilité de se défendre contre la criminalité ou une violence qui peut leur être dommageable.

fgb f
© objectifgard.com

Marjorie a 23 ans. Cette jeune étudiante parisienne a passé près de 8 mois à New York, une ville où elle aura vécu le meilleur et le pire :

J’étais dans un quartier que je connais très bien, Soho. C’est un quartier d’ordinaire très calme et surtout sécure, il y a des caméras partout. Mais cette nuit-là, il était 23h, j’étais à quelques mètres de chez moi et un homme a surgit de nulle part et a pointé son révolver sur moi. Il m’a crié de lui donner mon sac. J’étais apeuré, j’ai pas réfléchi, je lui ai vite donné. Etant originaire de Paris, c’était la première fois que je me faisais agresser par quelqu’un portant une arme à feu, je pense que je n’oublierais jamais le visage de cet homme.

L’Etat de New-York est pourtant celui qui comporte les mesures les plus restrictives des Etats-Unis. La loi new-yorkaise (« NY SAFE ») y interdit déjà les fusils d’assaut, elle réduit la taille maximale du chargeur de 10 à 7 balles. Elle étend également l’obligation de vérification des antécédents des acheteurs à toutes les ventes, y compris pour les transactions privées, et empêche les personnes souffrant de maladie mentale d’avoir accès aux armes. Toutes ces mesures rejoignent les décrets proposés par Obama pour l’ensemble des Etats-Unis d’Amérique. Et pourtant…

Vous savez en tout honnêteté, avec une arme à feux ou une arme blanche [comme cela pourrait se produire en France] la peur est substantiellement la même. Mais des amis américains originaires d’Harlem m’ont félicité d’avoir rapidement donner mon sac, me précisant qu’ici ils n’hésitaient pas à tirer. Evidemment je ne me suis plus sentie en sécurité comme avant, conclue l’étudiante.

Le problème des armes aux Etats-Unis semble bien plus complexe que prévu. Si certains Américains semblent avoir un sursaut de lucidité lorsqu’une nouvelle fusillade éclate, beaucoup d’entre eux sont très attachés au second amendement de la Constitution qui leur garantit l’utilisation et la possession  d’armes de manière tout à fait légale. Une législation à la française semble donc peu envisageable, mais la population reste ouverte aux propositions d’Obama. « Changer prend du temps », avait justement déclaré le Président américain le 8 janvier dernier.

Alors que nous sommes à quelques mois des élections présidentielles américaines, reste à savoir si ces décrets seront appliqués, et pendant combien de temps.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s