Les 13 politiques disparus : que sont-ils devenus ?

Députés, ministres, candidats aux Présidentielles… Omniprésents hier nous les avons oublié aujourd’hui. Treiz’hebdo revient cette semaine sur les 13 personnalités politiques qui ont déserté la grande scène.

Jean-Marc Ayrault : le Premier ministre déchu

Jean-Marc-Ayrault.jpg
© gouv.fr

Il a été le fusible dans la première partie du quinquennat de Hollande. Suite à sa démission en mars 2014 de chef de gouvernement, il redevient député.

Il proposera un amendement au projet de loi de finances 2016, prévoyant le remplacement d’une partie de la prime d’activité par une baisse de la Contribution sociale généralisée (CSG) pour les faibles revenus. Vu comme un premier pas vers la fusion de l’impôt sur le revenu et la CSG, le texte instaure une CSG modulable pour les revenus inférieurs à 1,34 SMIC. L’amendement fiscal Ayrault est adopté par l’Assemblée nationale le 12 novembre 2015… Puis censuré par le Conseil constitutionnel le 29 décembre 2015.

Edouard Balladur : le gaulliste en cohabitation

2134937996-le-financement-de-la-campagne-d-edouard-balladur-au-coeur
© Wikipédia

De 1964 à 2007, la vie d’Edouard Balladur était rythmée par le vie politique. Nommé plusieurs fois ministre, ce gaulliste devient chef du gouvernement en 1993 à la suite de la victoire de l’Union pour la France aux élections législatives, inaugurant la deuxième cohabitation. Proche de Nicolas Sarkozy, ce dernier lui offre une place au sein du conseil constitutionnel. Edouard Balladur refuse : à 86 ans, il a abandonné la politique au profit de l’écriture.

Marie-George Buffet : inconnue au bataillon

Marie-George_Buffet_en_2014
© leparisien.fr

La députée communiste de Seine-Saint-Denis, Marie-Georges Buffet est, comme sa fonction l’indique, toujours dans le jeu politique. Elle reste néanmoins discrète. Même lorsqu’elle participe à quelques plateaux télé pour déplorer la course à l’échalote  de certains dirigeants de droite sur les propositions du FN, son avis n’est pas réellement entendu.

Jean-Pierre Chevenement : le papy royaliste

jean-pierre-chevenement-se-retire-de-la-course-a-la-presidentielle_article_popin
© leparisien.fr

Beaucoup le déclarer mort, et pourtant Jean-Pierre Chevènement est bien vivant. Plusieurs fois ministre dans les années 1980 et 1990, puis député, maire de Belfort, sénateur… Il été couronné de plusieurs casquettes. Aujourd’hui à 76 ans, Jean-Pierre Chevenement se fait discret. Il continue toutefois à arpenter la scène médiatique pour faire connaitre ses avis. Dernièrement, il s’est exprimé en faveur de la déchéance de nationalité.

Bertrand Delanoë : le maire retraité

167809-bertrand-delanoe-950x0-3
© Gala

C’est le retraité le plus discret de France. Quand Bertrand Delanoë s’était une première fois retiré de la vie politique, à la fin des années 1980, il avait déjà arrêté de faire parler de lui. Depuis qu’il a cédé son fauteuil de maire de Paris, il se plie au même exercice de discrétion. Fini les rêves de ministère, voire de candidature présidentielle. Place à la douce vie entre son fief parisien et sa Bizerte natale.

Celui qui vient de fêter ses 65 printemps consacre son temps à ses deux nouvelles marottes : la transmission et la commémoration. Le professeur Delanoë témoigne de son expérience à Sciences-Po Toulouse et à l’Institut des Hautes Etudes de Management de Rabat. Il n’a toutefois pas complètement rompu le lien qui l’a uni 13 années durant à l’Hôtel de Ville. Il y a conservé un bureau, dans lequel il reçoit ses anciens collaborateurs. Mais la politique, leur a-t-il juré, c’est fini !

On ne s’en lasse pas : revue de presque spéciale Delanoë par Canteloup (Europe 1)

Eva Joly : l’amoureuse de la justice

000_par6941428-1
© Libération

Lunettes rouges, puis vertes pour montrer qu’elle est une écolo dans l’âme, Eva Joly est loin d’être une mamie Nova. Cette magistrate de formation se retrouve à plusieurs reprises condamnée par la justice française pour diffamation : en 2011 envers David Douillet et en 2014 pour des propos visant Christian Vanneste dans le cadre de la polémique sur la déportation des homosexuel en France. Ras le bol de juger les individus, Eva Joly décide de les défendre. Depuis février 2015, elle est inscrite à l’Ordre de Paris en tant qu’avocate.

Lionel Jospin : le sage 

-
© Thomas Samson AFP

C’est fini la retraite pour le socialiste perdant de 2002 ? Depuis le 3 décembre, il est membre du Conseil Constitutionnel. L’ancien Premier ministre de Jacques Chirac effectue la fin du mandat de Jacques Barrot, décédé en décembre, soit quatre ans et deux mois.

Biographie de Lionel Jospin par Gala

Bernard Kouchner : n’a plus le cul entre deux chaises

Bernard-kouchner
© AFP

Fondateur de Médecins sans frontières, ce scientifique de formation a toujours convoité la politique. Homme de gauche, cela ne l’empêche pas de devenir ministre sous Nicolas Sarkozy. Il voulait ce poste peu importe ses convictions. Depuis 2013, sa carrière est au point mort. Que devient-il ? Contacté par notre rédaction, Bernard Kouchner pourtant peu visiblement occupé, n’était pas disponible pour répondre à nos questions.

Olivier Besancenot : « Nouveau Tsipras ? Non merci ! »

fd5e1261-e77f-48ba-850d-03302a0e7b63
© leparisien.fr

Finie la distribution de courriers à vélo ! Olivier Besancenot a été relégué derrière un guichet. L’image du politique candidat aux présidentielles de 2002 et 2007 est loin derrière lui. Alors que nombreux sont ceux qui voudraient devenir le Tsipras français, Olivier Besancenot lui, n’en a pas l’ambition. Il préfère savourer sa vie de fonctionnaire.

Dominique Strauss-Kahn : libéré, délivré !

dominique-strauss-kahn-a-fete-la-journee
© AFP

DSK peut enfin se détendre. Avec la relaxe dans l’affaire du Carlton, son horizon s’éclaircit. Reconverti en professeur à la retraite, il ne renonce pas toutefois pas à la politique. Il l’aime et ne veut pas l’abandonner ! Il exerce à l’étranger le métier de conseiller économique auprès du gouvernement serbe en proie à une grave crise économique, et intervient ponctuellement auprès des dirigeants du Soudan du Sud. Est-ce un moyen de garder la main avant de faire son come-back en France?

Les derniers actus de DSK : Il aurait un fils

Edith Cresson : 81 ans et toujours active

publishable
© cevo

Cette femme a de loin marqué les esprits. Elle est la première et seule femme de l’histoire de la Ve République a devenir Premier ministre. Discrète, c’est son mot. Toutefois, son ami Jean-Pierre Raffarin – comme quoi gauche et droite peuvent s’entendre – la décrit comme téméraire. A 81 ans, Edith Cresson s’assure de continuer les combats qu’elle menait lorsqu’elle était à Matignon (1991-1992). Elle s’occupe actuellement d’intelligence économique à travers une société qui vient en aide aux entreprises française. De plus, elle préside le réseau des écoles de la deuxième chance. Le but étant d’insérer des jeunes sans qualification par la formation dans le domaine de l’emploi.

Jean-François Copé : comme un boomerang

CYtOGeEWsAAPRSe
© lelab.fr

Il était bien parti : devenu président de l’UMP, il avait pour ambition de se lancer dans la course des présidentielles. Mais son arrogance a eu raison de lui. En tant que chef de l’opposition, Jean-François Copé n’a pas cessé d’être choqué. Choqué par-ci, choqué par-là. Une fameuse tendance à s’émouvoir pour tout et n’importe quoi. Et à force de demander la démission de n’importe qui – Taubira, Sapin, Peillon – il s’est fait virer. Mais l’homme éduqué dans le culte du général De Gaulle n’a pas dit son dernier mot. Absent du petit écran pendant quelques mois, Jean-François Copé est de plein droit depuis mai 2015, l’un des 18 membres du bureau politique de la nouvelle formation Les Républicains. De quoi préparer en douceur son retour.

Philippe Poutou : l’anti-candidat

220px-Philippe_Poutou_2011
© Wikipédia

Le successeur de Besancenot a quitté en 2014 la direction du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA). La cause : il n’a pas réussi à s’intégrer au sein de l’équipe exécutif. Les désaccords multiples sur le fonctionnement du parti n’ont pas arrangé la situation. Toutefois, il a précisé qu’il n’abandonnait pas son combat syndical, ni le NPA. Délégué CGT au au sein de Ford, usine dans laquelle il exerce la fonction d’ouvrier, Philippe Poutou est un homme politique « normal ». Répondre spontanément aux journalistes, sans langue de bois, sans éléments de langage, il était comme ça et il l’est encore.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s