Abraham Poincheval réussi son pari: couver des oeufs dans un vivarium jusqu’à leur éclosion

Cet artiste  originaire d’Alençon dans l’Orne est un adepte des performances extrêmes. Enfermé dans un vivarium depuis trois semaines, placé au Palais de Tokyo, Abraham Poincheval couve des œufs jusqu’à leur éclosion. Un pari réussi puisque un premier poussin  est né mardi après-midi.

Abraham Poincheval couve des oeufs au Palais de Tokyo. Crédit : Stéphane de Sakutin

Un nouveau-né est apparu, obligeant l’artiste à quitter temporairement son vivarium maintenu à une température de 37 degrés. Cela faisait trois semaines qu’il couvait dix œufs. Les poussins qui naîtront par la suite resteront avec l’artiste 72 heures en vitrine aux yeux de tous, avant de terminer leurs jours dans une ferme en Normandie.

Peu de moments de liberté

A  44 ans, cela n’a pas été facile pour cet artiste qui à du bien évidement puiser dans ses réserves. A la vue de tous, et exposer dans une boite en pexiglas, ses heures de sommeil étaient moindre et passait le plus clair de son temps à couver. Assis sur une table de couvaison . Seul moment de répis, une pause de trente minutes par jour pour ne pas flancher.

Avant cette expérience, Abraham Poincheval avait d’ailleurs manifesté une certaine inquiétude, se sentant plus exposé que dans ses performances précédentes. Autre angoisse : le « contact beaucoup plus direct avec le public », avait-il déclaré.

 » Ça a été très dur pour lui, beaucoup plus dur que lorsque j’étais enfermé dans un rocher de douzes tonnes »

Des expériences insolites il en a l’habitude. Cet artiste a déjà subit volontairement d’autres enfermements. En effet, il a récemment passé huit jours dans un trou sous une pierre d’une tonne ou encore dans un ours naturalisé.

Il en veut toujours plus, Poincheval est un habitué

Car oui, quand il n’est pas occupé à jouer le papa poule, Abraham Poincheval s’adonne à ses autres passions, comme passer une semaine à l’intérieur d’une pierre, ou encore deux semaines à l’intérieur d’un ours empaillé. Cet artiste habitué aux performances insolites avait manifesté une certaine inquiétude avant cette expérience, s’y sentant plus exposé que dans ses performances précédentes. « Avant je faisais corps, j’étais à intérieur des choses. Là c’est une véritable transformation, je suis à l’extérieur, je suis celui qui entoure », avait-il expliqué.

Un voyage en enfer, ses conditions

«Bon voyage…»

Un drôle d’au revoir pour les proches, la famille, les amis d’Abraham Poincheval. Un simple signe de la main avant que l’immense pierre de douze tonnes ne se referme sur lui le mercredi 22 Février pendant huix jours. A l’intérieur une place a été aménagée pour qu’Abraham Poincheval puisse conserver une lampe frontale, de l’eau, quelques compotes, de la viande séchée, un livre et un téléphone de secours. Un conduit lui amènera un rare filet d’air. En ce qui concerne  les  fluides et excréments, ils sont conservés dans une boîte hermétique…

«Le plus dur sera de rester immobile, assis, confiait-il, quelques instants avant son « incarcération ». Je me prépare depuis de longues journées à réduire mon alimentation, mes mouvements, à trouver la sérénité. Je vais passer beaucoup de temps à méditer, je vais éprouver le temps du rocher »

Etranges voyages pour l’artiste qui n’en finit pas d’impressionner. On l’a déjà  vu enfermé dans une bouteille en verre dérivant sur le Rhône ou dans la peau d’un ours au Musée de la chasse. Sans parler de sa semaine passée sur une plateforme à 12 mètres de haut à Rennes.

Noémie Guillaume

Crédit photo: Tristan Reynaud

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s