Abraham Poincheval, un grand maître de l’art loufoque

le

Abraham Poincheval a récidivé ! L’artiste, connu pour ses interprétations artistiques assez incroyables, a décidé de couver des oeufs pendant trois semaines au Palais de Tokyo. Découverte de cet homme pas comme les autres. 

Abraham Poincheval couve des oeufs au Palais de Tokyo. Crédit : Stéphane de Sakutin/AFP

Il faut faire attention à ne pas marcher sur des oeufs, ou plutôt pour Abraham Poincheval, ne pas les écraser en les couvant. C’est le pari fou que s’est lancé cet artiste français : donner naissance à un poussin.

Enfermé dans une boîte de plexiglas depuis le 29 mars, Abraham Poincheval prend son rôle de papa poule bien à coeur. Son premier petit est d’ailleurs sorti de sa coquille, mardi 18 avril. Depuis, plusieurs autres ont sorti le bout de leur bec au Palais de Tokyo.

« Les poussins vont rester avec Abraham dans la vitrine pendant 72 heures avant de rejoindre la ferme normande du père de l’artiste » explique un porte-parole du Palais de Tokyo, selon BFM TV.

Cet artiste de 44 ans est connu pour ses expériences complètement loufoques. Il ne peut sortir qu’une demi-heure par jour de ce vivarium géant. Le tout est filmé en direct sur Youtube.

Abraham Poincheval n’est pourtant jamais vraiment seul. Les visiteurs, interloqués, communiquent en posant des questions sur des papiers qu’il peut lire à travers la vitre.

Vivre dans l’estomac d’un ours

Cet homme n’en est pas à sa première performance décalée en public. Le but est toujours de repousser ses limites physiques.

Déjà le 22 février dernier, il s’était enfermé pendant une semaine dans une pierre. Même en 2015, à bord d’une bouteille géante de 6 mètres de long, il avait décidé de naviguer sur le Rhône. L’année précédente, il s’était lancé un autre pari encore plus fou : vivre à l’intérieur d’un ours empaillé. Au Musée de la Chasse et de la Nature, le public a donc eu la surprise de voir,  pendant deux semaines, l’homme niché dans l’estomac de ce roi des forêts.

L’artiste n’est pas toujours enfermé. Le 26 septembre 2016, juché sur un mât de 20 mètres, il surplombait le parvis de la gare de Lyon. Cette représentation, nommée « Vigie », s’était déroulée pendant la Nuit Blanche.

Pour chacune de ses « expositions », Abraham Poincheval suit une préparation digne des astronautes. Quelle surprise peut-il encore nous réserver pour ses prochaines expériences artistiques ?

 

Julie Fortun

Crédit photo de la Une : Christophe Archambault / AFP

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s