Toto Riina, le retour du parrain ?

Pour des raisons de santé, le parrain des parrains risque d’être libéré. Au-delà de l’indignation, beaucoup s’interrogent. Est-ce que Toto Riina a les capacités de reprendre la tête de son ancien empire ?   

Giulio Broglio /AP

« Il faut éliminer le juge Nino Di Matteo« . Voilà la récente déclaration de Toto Riina, alors incarcéré à la prison de Parme. Il se savait enregistré par les micros de la police, mais la « Belva » (le fauve) ne s’en souciait guère. A 86 ans, l’ancien chef de la Cosa Nostra risque de sortir de prison, et c’est toute la péninsule italienne qui s’inquiète.

Atteint de deux tumeurs, le parrain pourrait retourner chez lui, sous prétexte que « tout détenu a le droit de mourir dignement ». La Cour de cassation italienne a cassé la décision de la cour de Bologne qui avait refusé le transfert du chef de Cosa Nostra à son domicile de Corleone pour y finir ses jours. Le tribunal de Bologne devra donc réexaminer la requête de retour à Corleone présentée par les avocats de Toto Riina. Un coup dur pour les Italiens.

Un homme redoutable

A lui seul, Toto Riina incarne la période la plus sanglante de la mafia sicilienne.  Dès 19 ans, il commet son premier homicide. Reconnu pour sa cruauté sans égale, il sera envoyé en prison en 1969, avant d’entrer dans la clandestinité. Il faudra attendre 1980 pour que l’homme arrive à la tête de la « coupole », le conseil d’administration de la Cosa Nostra.

Outre les guerres entre clans rivaux, Toto Riina n’hésitera pas à s’en prendre aux représentants de l’Etat. La mafia sicilienne posera des bombes partout dans le pays ;  de Rome à Milan, en passant par Florence. Après 23 ans de clandestinité, le parrain corléonais est arrêté le 15 janvier 1993. Avec plus de 500 homicides à son actif, il est condamné à 17 peines de prison à perpétuité.  Désormais, la question que tout le monde se pose est de savoir si Toto Riina est en mesure de reprendre ses activités. Pour une majorité de personnes, cela ne fait aucun doute.

Aucune repentance 

L’Omerta est une règle d’or chez les mafieux, et ce n’est pas Toto Riina qui risque de la briser. Il ne parlera pas. En plusieurs années de captivité, il ne s’est jamais repenti et n’a jamais livré le moindre secret. Alors pourquoi prendre le risque de libérer un homme, qui selon toute vraisemblance, n’a jamais tourné la page de son passé ?

Bernardo Provenzano, digne successeur de Toto Riina, est mort récemment dans sa cellule, après des mois de coma végétatif. Pourtant, la Belva quant à lui, risque d’être libéré alors qu’il est encore en pleine possession de ses facultés mentales. A tel point que ce dernier ne cesse d’assister à toutes les audiences de ses procès.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s