[Reportage] Une nuit au Parc aux Étoiles

le

Sur la colline de l’Hautil qui sépare les Yvelines du Val-d’Oise, se dresse le Parc aux Étoiles de Triel-sur-Seine. Centre destiné à vulgariser la culture astronomique et spatiale auprès du grand public, il accueille régulièrement des groupes scolaires ou de particuliers dans son musée ou lors de conférences. Et lorsque le temps s’y prête, des nuits d’observations célestes y sont parfois organisées. Reportage.

Lunette Apoil du Parc aux Etoiles | Crédit : DR

Il est 21h et la soirée commence par une conférence sur diverses missions d’exploration spatiale à venir,  puis est diffusé un documentaire sur l’eau dans l’espace. Enfin est brièvement présenté le logiciel de planétarium open source Stellarium.

Deux heures ont passé et la luminosité est désormais suffisamment faible pour commencer l’observation céleste. Couples, parents et enfants se rendent alors sur l’esplanade du Parc où une membre du centre pointe le ciel avec un laser pour aider les amateurs à trouver Mars, la station spatiale internationale et différentes constellations.

« C’est vraiment impressionnant ! »

Un peu plus loin sur une vaste pelouse, une quinzaine d’astronomes amateurs ont installé télescopes et lunettes astronomiques et proposent aux visiteurs d’observer divers objets célestes dont le plus impressionnant est probablement Saturne et ses anneaux qui brillent d’un blanc éclatant. Tandis que les curieux attendent patiemment leur tour, les propriétaires des instruments expliquent pourquoi la passion du ciel les a pousser à investir plusieurs centaines, voire plusieurs milliers d’euros dans de tels bijoux technologiques.

Régulièrement les observations sont interrompues afin de régler le pointage des instruments. En effet, la Terre tourne continument ; et à moins de coupler son instrument à un moteur qui s’en occupera mécaniquement, il faut constamment ajuster la visée pour conserver l’objet observé en vue.

La lunette Apoil

Enfin, pour clôturer la soirée, un petit groupe se dirige vers la lunette astronomique du centre, la lunette Apoil, qui la plus grande ouverte au publique en France. Christophe Denis, directeur du Parc aux Étoiles, en profite pour narrer l’histoire de cette lunette, donner quelques conseils pour observer les étoiles et décrire la composition de Saturne.

Sur les coups de 2h, la soirée se termine.  Les parents et les enfants encore là semblent ravis de la soirée. Sur le parking, un petit garçon d’une dizaine d’année prévient, entre deux bâillements, son père : « Faudra penser à y aller l’année prochaine ! »

Pierre Gaufre

Crédit Une : ESA/Hubble

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s