Pollution : les émissions de CO2 grimpent à nouveau en 2017

Après trois ans de stabilité, les émissions mondiales de gaz à effet de serre repartent à la hausse en 2017. Cette étude publiée lundi – en marge de la 23e conférence climat de l’ONU (COP23) – sonne l’alarme. 

Crédit : DR, Stockfootage (Youtube)

Les émissions de CO2 devraient croître d’environ 2% cette année par rapport à 2016. Soit un record de  36,8 milliards de tonnes. Après trois années de stabilité (2014 à 2016), le Global Carbon Project sonne l’alarme dans son 12e bilan annuel. Cette étude est réalisée chaque année par des scientifiques du monde entier.

« Le monde n’a donc pas atteint son pic d’émissions. Cela montre qu’il faut agir plus fortement. Il faut oublier toute autosatisfaction ».

Ces émissions sont liées à l’industrie et à la combustion d’énergies fossiles. Si l’on ajoute la déforestation, 41 milliards de tonne de CO2 émis sont estimés pour 2017. Corinne Le Quéré de l’Université britannique d’East Anglia presse le pas « On risque de manquer de temps pour garder la température sous 2°C »   L’objectif  de 2°C a été fixé par l’accord de Paris adopté fin 2015 contre le réchauffement climatique. Pour ce faire, « il faudrait que les émissions atteignent leur pic ces prochaines années et diminuent ensuite rapidement », rappelle-t-elle.

La Chine, premier émetteur de CO2 au monde

Les dix principaux émetteurs sont, dans l’ordre, la Chine, les Etats-Unis, l’Inde, la Russie, le Japon, l’Allemagne, l’Iran, l’Arabie saoudite, la Corée du sud et le Canada (l’UE dans son ensemble se classe en 3e position).

La Chine génère 28% de ces gaz et serait largement à l’origine de la dégradation de 2017.  En cause, un boom de la production industrielle et une production hydro-électrique diminuée par des épisodes de sécheresse. Une réduction avait, jusqu’alors, permis d’améliorer la situation des années passées en réduisant son recours au charbon.

Aux Etats-Unis aussi, les émissions devraient baisser moins fortement (-0,4%, contre -1,2% en moyenne annuelle précédemment). C’est la première fois en 5 ans que la consommation de charbon augmentera (+0,5%), du fait de la cherté du gaz naturel.

L’Inde voit ses émissions croître un peu moins (+2%) mais ce devrait être temporaire, préviennent les chercheurs. Quant à l’UE, ses émissions reculent moins vite que la décennie précédente (-0,2%).

« Plusieurs facteurs montrent une poursuite de la hausse des émissions mondiales en 2018, » souligne Robert Jackson, de l’université de Stanford.

Néanmoins, il serait peu probable que l’on atteigne un taux de croissance des années 2000 (plus de 3% annuel). Signe encourageant, sur la période 2007-2016, 22 pays ont vu leurs émissions décroître malgré la croissance économique. En revanche elles ont crû dans 101 pays.

Les énergies renouvelables se développent de manière remarquable (+14% par an ces 5 dernières années), mais il faudra « quelques années pour qu’elles aient un impact significatif sur les émissions mondiales de CO2 ».

La communauté internationale, réunie à la COP23 à Bonn jusqu’à vendredi, tente de s’accorder sur les moyens de mettre en oeuvre l’accord de Paris.

Un refrain sonne comme une litanie, « Il est urgent d’agir ».

 

M.P avec AFP

Photo de couverture : DR (Source : inhabitat.com)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s