Street Child World Cup : de la rue au terrain de foot

Un tournoi mondial de football s’est déroulé dans la capitale russe, en mai 2018. Il s’agit de la « Street Child World Cup » ou « Coupe du monde de football de l’enfant de la rue », créée pour soutenir ces enfants.

D.R./pxhere.com

Douze équipes de filles et de garçons âgés de 14 à 17 ans dans un tournoi international de football. La « Street Child World Cup » ou « Coupe du monde de l’enfant de la rue » a réuni 24 équipes d’une vingtaine de pays, au mois de mai à Moscou. Ces footballeurs en herbe ont grandi sans abri ou dans un foyer, là où violence et la pauvreté rythmaient leur quotidien.

 

M. Dieudonné Nahimana a conduit la délégation du Burundi. Il est le représentant légal et le président de l’ONG burundaise « New generation », qui encadre cette équipe. Il se souvient de la création de cette compétition:

« Elle a démarré en 2010, lors de la Coupe du monde en Afrique du Sud. Les enfants de la rue souhaitaient y assister. Refusant qu’ils soient refoulés dans des mini prisons, les défenseurs des droits des enfants ont créé la plateforme « Street child united ». De là, est née l’idée d’organiser une coupe du monde qui leur serait dédiée ».

Ce tournoi n’a qu’un objectif : « changer l’image négative et les traitements dont sont victimes (…) » ces êtres innocents.

D.R./pxhere.com
D.R./pxhere.com

Les Nations Unies estiment que les enfants sans-abri sont plus de 150 millions à travers le monde. Cette compétition internationale est donc l’occasion de faire entendre leur voix.

En Afrique, trois équipes de garçons ont été sélectionnées (Burundi, Kenya, et Libéria) et une équipe de filles (Tanzanie). Un jeune Burundais, participe pour la deuxième fois au tournoi :

« La première fois que j’ai participé à la Coupe, j’ai découvert que je pouvais parler, que je pouvais faire entendre la voix de tous les enfants des rues du monde entier et que leur droits soient respectés ».

Ravie de cette compétition, une Londonienne partage cette vision:

« Après cette Coupe, nous devrions recevoir de l’argent pour lutter contre les crimes à l’arme blanche à Londres et aider de différentes manières les enfants à sortir de la rue (…). Maintenant, nous ne sommes plus dans la rue comme avant, car nous avons été amenés dans cet environnement positif. »

D.R/pxhere.com

D’anciennes stars du ballon rond soutiennent l’organisation « Street Child United » dans cette initiative. C’est le cas de l’ex-international anglais Gary Lineker, qui a relayé la dernière vidéo de présentation du tournoi, sur son compte Twitter.

D.R./pxhere

Les organisateurs récoltent des dons afin de protéger ces sportifs et leur donner accès à l’éducation. Cet évènement peut, en effet, impacter les lois d’un pays.

D.R./pxhere.com

C’est ce que constate John Wroe, co-fondateur et PDG de Street Child United:

« Dans beaucoup de pays, les lois ont été changées. Au Pakistan, ils ont recensés 1,5 million d’enfants sans-abri (jusque là, personne ne savait combien ils étaient) et le Parlement a voté une loi pour les protéger. Les enfants demandent trois choses : un enregistrement à la naissance, l’accès à l’éducation et la protection contre la violence ».

D.R./quizz.biz

Cette année, du côté des filles, c’est l’équipe du Brésil qui a remporté la finale (1-0) contre la Tanzanie. Chez les garçons, l’Ouzbékistan a vaincu le Pakistan sur un pénalty.

Laure Hems.

 

Crédit photo de couverture: D.R./pxhere.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s